Accueil Mangeoire Du foin jour et nuit Des clients satisfaits Commander Contact
Natural Feeding
Bienvenue sur le site de Natural Feeding
© Natural Feeding, Kleine Spekstraat 6, 3020 Winksele, Belgium

Pourquoi du foin jour et nuit ?

Donnez suffisamment de foin à votre cheval

Il faut insister sur ce point : un cheval a toujours besoin de foin. Les coliques, les ulcères, les gueules-de-loup, les balancements... Ce ne sont que quelques maux dont votre cheval risque de souffrir s'il n'est pas nourri correctement.

Natural Feeding

Avec Natural Feeding, nous proposons la solution alimentaire la plus naturelle possible. Mais qu'est-ce que cela signifie ? Quand les chevaux vivent en liberté, ils se déplacent en troupeau et passent la majeure partie de leur temps à manger. Un cheval mange en moyenne 15 heures par jour, aussi bien le jour que la nuit. Il passe le restant à dormir, à se promener et à jouer. On remarque que les chevaux en troupeau sont souvent tous occupés à la même chose : ils mangent tous ou se reposent tous. Mais on observe qu'ils ne sont jamais tous couchés car certains montent la garde. Avec Natural Feeding, nous respectons le rythme naturel du cheval qui est à l'écurie et/ou au paddock pour qu'il puisse se nourrir jour et nuit. Quand on sait qu'un cheval sauvage mange en moyenne 15 heures par jour et qu'un cheval à l'écurie dispose d'une réserve de foin couvrant en moyenne 4 heures, on comprend pourquoi certains chevaux sont malheureux.

Digestion du cheval

Un cheval mange tout au long de la journée et n'absorbe jamais de grandes quantités en une seule fois car son estomac est relativement petit (volume de 18 l environ). Il mange un morceau, avance d'un pas, mange de nouveau et avance de nouveau d'un pas. Son estomac et ses intestins demandent une alimentation lente mais en continu. La mastication entraîne une production de salive, favorisant la digestion. La paroi de l'estomac sécrète en permanence du suc gastrique, même quand le cheval ne mange pas. Le suc gastrique est indispensable à la digestion. Après avoir été mélangé dans l'estomac, le suc est conduit vers les intestins. L'estomac est tapissé d'une couche de glaires, mais le suc est tellement puissant qu'il est susceptible d'abîmer un estomac vide et d'occasionner des ulcères. Un cheval sauvage produit 40 à 60 l de salive riche en bicarbonate de soude, neutralisant le suc gastrique. La nourriture détruite est conduite vers l'intestin grêle qui mesure entre 21 et 25 m.  Les enzymes transforment les protéines en acides aminés qui sont intégrés dans le sang par l'intestin. La bouillie alimentaire est ensuite conduite vers le caecum qui est énorme car il mesure 1 m et contient un volume de 30 l. Il exerce à peu près la même fonction que les préestomacs de la vache. Les parois cellulaires de l'herbe sont détruites par les bactéries et ensuite transformées en acides gras. Après avoir été résorbés, ils sont conduits vers le foie où ils sont transformés en glucose. Le glucose est brûlé ou stocké dans le corps pour une utilisation ultérieure. Broyée et gorgée d'eau, la nourriture se trouve désormais dans le gros intestin. Celui-ci contient une grande concentration de bactéries qui digèrent les fibres et autres nutriments. Les nutriments arrivent par la paroi du gros intestin dans le vaisseau, qui absorbe aussi l'eau. Le gros intestin mesure entre 7 et 9 m. Pour finir, le rectum conduit les matières fécales vers le canal anal. 

Du foin, du foin et encore du foin !

Pour absorber 1 kg de foin, un cheval doit mastiquer environ 40 minutes. Il produit alors 3,5 litres de salive. Avec le fourrage concentré, il absorbe 1 kg de nourriture en 10 minutes, mais ne produit qu'un litre de salive. Avec le fourrage grossier, le cheval est obligé de le mélanger avec beaucoup de liquide/de salive avant de l'avaler. C'est précisément la salive qui joue un rôle si important pour obtenir un pH équilibré dans l'estomac. Le processus de digestion doit d'ailleurs être efficace dès le début ; cela signifie qu'un cheval a besoin de beaucoup de fourrage grossier de bonne qualité. C'est très simple : du foin, du foin et encore du foin !

15 kg de foin dans la mangeoire Natural Feeding

Un cheval de 500 kg mange en moyenne 12,5 kg de foin par jour. L'un mange un peu plus que l'autre. L'essentiel est qu'il ait en permanence du foin à disposition. Suivant la saison, il en mange un peu plus ou un peu moins. En automne par exemple, il en mangera plus pour se protéger du froid. Au printemps, il passera plus de temps à jouer et à se promener. Ne soyez pas étonné si votre cheval finit toute sa mangeoire au début. Il n'a pas l'habitude de devoir attendre des heures avant la prochaine distribution de nourriture. Si vous remplissez systématiquement la mangeoire, votre cheval comprendra qu'il aura toujours du foin à disposition. Il mangera alors plus lentement et espacera ses repas. C'est précisément cet effet de slow feeding que nous recherchons. Avec la mangeoire Natural Feeding, le cheval peut manger de façon naturelle, c'est-à-dire avec la tête en bas. La plupart des râteliers à foin que nous connaissons sont fixés en hauteur. C’est un vrai problème car la poussière tombe droit dans les narines du cheval. Quand un cheval mange dans sa mangeoire Natural Feeding, la trachée se nettoie toute seule car la poussière et les pièces irritantes sont aisément évacuées. Le cheval penche d'ailleurs toujours la tête pour manger. S'il doit la lever, il inspire les grains de poussière et doit les expectorer. Les râteliers et bacs munis d'une grille prolongent le temps de distribution de nourriture du cheval... Or, ils occasionnent souvent un effet de frustration. Les râteliers à foin sont d'ailleurs mortels. Comme le cheval doit tirer sur le foin pour l'extraire et se nourrir, ses muscles cervicaux et dorsaux subissent des mouvements contre nature. Les vétérinaires rencontrent en outre des chevaux avec des problèmes dentaires à cause des râteliers et des soi-disant slow feeders. Le cheval reste parfois accroché ou aiguise ses dents aux grilles. Le slow feeding ne doit pas gêner votre cheval pour manger, mais le pourvoir de foin jour et nuit pour lui permettre de pouvoir manger plus lentement. La santé de votre cheval passe par des contacts sociaux et de l'exercice, mais aussi par l'absorption de fourrage grossier.

Économisez en moyenne 30 % de foin avec la mangeoire

Natural Feeding

Vous pouvez évidemment étaler le foin par terre, mais nous savons qu'un cheval n'est pas toujours très propre. Il souille le foin ou tire dessus avec les jambes de devant et le foin se trouve très vite éparpillé dans toute l'écurie. Ce n'est pas très amusant quand il faut la nettoyer le lendemain... La mangeoire est la meilleure solution ! Le foin est proprement disposé dans la mangeoire et le cheval ne se balance plus pour tout sortir.  
Du foin jour et nuit
Site Menu
Natural Feeding
Welkom op de website van Natural Feeding
© Natural Feeding, Kleine Spekstraat 6, 3020 Winksele, Belgium

Pourquoi du foin jour et

nuit ?

Donnez suffisamment de foin à votre cheval

Il faut insister sur ce point : un cheval a toujours besoin de foin. Les coliques, les ulcères, les gueules-de-loup, les balancements... Ce ne sont que quelques maux dont votre cheval risque de souffrir s'il n'est pas nourri correctement.

Natural Feeding

Avec Natural Feeding, nous proposons la solution alimentaire la plus naturelle possible. Mais qu'est-ce que cela signifie ? Quand les chevaux vivent en liberté, ils se déplacent en troupeau et passent la majeure partie de leur temps à manger. Un cheval mange en moyenne 15 heures par jour, aussi bien le jour que la nuit. Il passe le restant à dormir, à se promener et à jouer. On remarque que les chevaux en troupeau sont souvent tous occupés à la même chose : ils mangent tous ou se reposent tous. Mais on observe qu'ils ne sont jamais tous couchés car certains montent la garde. Avec Natural Feeding, nous respectons le rythme naturel du cheval qui est à l'écurie et/ou au paddock pour qu'il puisse se nourrir jour et nuit. Quand on sait qu'un cheval sauvage mange en moyenne 15 heures par jour et qu'un cheval à l'écurie dispose d'une réserve de foin couvrant en moyenne 4 heures, on comprend pourquoi certains chevaux sont malheureux.

Digestion du cheval

Un cheval mange tout au long de la journée et n'absorbe jamais de grandes quantités en une seule fois car son estomac est relativement petit (volume de 18 l environ). Il mange un morceau, avance d'un pas, mange de nouveau et avance de nouveau d'un pas. Son estomac et ses intestins demandent une alimentation lente mais en continu. La mastication entraîne une production de salive, favorisant la digestion. La paroi de l'estomac sécrète en permanence du suc gastrique, même quand le cheval ne mange pas. Le suc gastrique est indispensable à la digestion. Après avoir été mélangé dans l'estomac, le suc est conduit vers les intestins. L'estomac est tapissé d'une couche de glaires, mais le suc est tellement puissant qu'il est susceptible d'abîmer un estomac vide et d'occasionner des ulcères. Un cheval sauvage produit 40 à 60 l de salive riche en bicarbonate de soude, neutralisant le suc gastrique. La nourriture détruite est conduite vers l'intestin grêle qui mesure entre 21 et 25 m.  Les enzymes transforment les protéines en acides aminés qui sont intégrés dans le sang par l'intestin. La bouillie alimentaire est ensuite conduite vers le caecum qui est énorme car il mesure 1 m et contient un volume de 30 l. Il exerce à peu près la même fonction que les préestomacs de la vache. Les parois cellulaires de l'herbe sont détruites par les bactéries et ensuite transformées en acides gras. Après avoir été résorbés, ils sont conduits vers le foie où ils sont transformés en glucose. Le glucose est brûlé ou stocké dans le corps pour une utilisation ultérieure. Broyée et gorgée d'eau, la nourriture se trouve désormais dans le gros intestin. Celui-ci contient une grande concentration de bactéries qui digèrent les fibres et autres nutriments. Les nutriments arrivent par la paroi du gros intestin dans le vaisseau, qui absorbe aussi l'eau. Le gros intestin mesure entre 7 et 9 m. Pour finir, le rectum conduit les matières fécales vers le canal anal. 

Du foin, du foin et encore du foin !

Pour absorber 1 kg de foin, un cheval doit mastiquer environ 40 minutes. Il produit alors 3,5 litres de salive. Avec le fourrage concentré, il absorbe 1 kg de nourriture en 10 minutes, mais ne produit qu'un litre de salive. Avec le fourrage grossier, le cheval est obligé de le mélanger avec beaucoup de liquide/de salive avant de l'avaler. C'est précisément la salive qui joue un rôle si important pour obtenir un pH équilibré dans l'estomac. Le processus de digestion doit d'ailleurs être efficace dès le début ; cela signifie qu'un cheval a besoin de beaucoup de fourrage grossier de bonne qualité. C'est très simple : du foin, du foin et encore du foin !

15 kg de foin dans la mangeoire Natural

Feeding

Un cheval de 500 kg mange en moyenne 12,5 kg de foin par jour. L'un mange un peu plus que l'autre. L'essentiel est qu'il ait en permanence du foin à disposition. Suivant la saison, il en mange un peu plus ou un peu moins. En automne par exemple, il en mangera plus pour se protéger du froid. Au printemps, il passera plus de temps à jouer et à se promener. Ne soyez pas étonné si votre cheval finit toute sa mangeoire au début. Il n'a pas l'habitude de devoir attendre des heures avant la prochaine distribution de nourriture. Si vous remplissez systématiquement la mangeoire, votre cheval comprendra qu'il aura toujours du foin à disposition. Il mangera alors plus lentement et espacera ses repas. C'est précisément cet effet de slow feeding que nous recherchons. Avec la mangeoire Natural Feeding, le cheval peut manger de façon naturelle, c'est-à- dire avec la tête en bas. La plupart des râteliers à foin que nous connaissons sont fixés en hauteur. C’est un vrai problème car la poussière tombe droit dans les narines du cheval. Quand un cheval mange dans sa mangeoire Natural Feeding, la trachée se nettoie toute seule car la poussière et les pièces irritantes sont aisément évacuées. Le cheval penche d'ailleurs toujours la tête pour manger. S'il doit la lever, il inspire les grains de poussière et doit les expectorer. Les râteliers et bacs munis d'une grille prolongent le temps de distribution de nourriture du cheval... Or, ils occasionnent souvent un effet de frustration. Les râteliers à foin sont d'ailleurs mortels. Comme le cheval doit tirer sur le foin pour l'extraire et se nourrir, ses muscles cervicaux et dorsaux subissent des mouvements contre nature. Les vétérinaires rencontrent en outre des chevaux avec des problèmes dentaires à cause des râteliers et des soi-disant slow feeders. Le cheval reste parfois accroché ou aiguise ses dents aux grilles. Le slow feeding ne doit pas gêner votre cheval pour manger, mais le pourvoir de foin jour et nuit pour lui permettre de pouvoir manger plus lentement. La santé de votre cheval passe par des contacts sociaux et de l'exercice, mais aussi par l'absorption de fourrage grossier.

Économisez en moyenne 30 % de foin avec la

mangeoire Natural Feeding

Vous pouvez évidemment étaler le foin par terre, mais nous savons qu'un cheval n'est pas toujours très propre. Il souille le foin ou tire dessus avec les jambes de devant et le foin se trouve très vite éparpillé dans toute l'écurie. Ce n'est pas très amusant quand il faut la nettoyer le lendemain... La mangeoire est la meilleure solution ! Le foin est proprement disposé dans la mangeoire et le cheval ne se balance plus pour tout sortir.